L’épée et le coeur à la bonne place !

Nous utilisons la Parole et l’amour que Dieu nous donne pour étendre Son royaume et cela est une bonne chose.

Avons-nous oublié que l’épée se place à la ceinture et le cœur se situe au milieu de la poitrine ?

Notre désir est de faire le bien, de pouvoir soutenir matériellement l’œuvre de Dieu. Dans quelle mesure cherchons-nous à accroître par là notre influence ? Nous pensons aider les nécessiteux. Dans quelle mesure y poursuivons-nous la satisfaction de nous-mêmes et cherchons-nous l’approbation de nos frères ou du monde ?

Nous voici engagés activement dans le ministère. Dans quelle mesure y donnons-nous une part à notre « Moi », en faisant valoir notre éloquence, en essayant de paraître plus spirituels que nous ne le sommes réellement ? Laissons-nous à l’Esprit toute la place en n’en gardant aucune pour nous-mêmes ?

Si nous n’agissons pas ainsi, l’épée à deux tranchants, maniée d’une main sûre, nous pénétrera et nous atteindra. Nous ne l’éviterons pas. Notre orgueil, notre vanité, notre suffisance, en souffriront. La blessure sera souvent profonde et cruelle.

Elle (L’Épée) nous a été donnée et nous devons la connaître : son poids, ses distances et portées et à quel point elle peut être tranchante et fatale.

Nous l’avons entre nos mains ; si nous savons l’appliquer à d’autres, commençons par l’appliquer à nous-mêmes. Voyons en quoi elle nous condamne, pourquoi elle pourrait nous couper et faire souffrir ?

Cette arme est la Parole de Christ et elle nous positionne devant Celui où tout est découvert, mis à nue.

Osons nous mettre sous la lame et Lui dire: « Sonde-moi et connais mon coeur ; éprouve-moi et connais mes pensées » (Psaume 139:23), ou cherchons-nous à éviter la Parole qui veut mettre à lumière tout motif charnel ? Laissons-la venir à nous sans lui faire obstacle.

Soyons sincères, soyons vrais, soyons attentifs à ce côté du combat qui est le combat contre nous-mêmes, le jugement de nous-mêmes, et non pas seulement le combat contre les puissances de ténèbres en dehors de nous !

Avant de prêcher la Parole nous devrions sincèrement la mettre en pratique, en vivre les fruits et seulement après, et non avant,  nous serons en mesure de la partager et d’en dévoiler les expériences témoignant de la grandeur de Celui qui est La Parole et la vérité.

À cet effet, quand nous devons reprendre un membre de la famille de Christ, ne jamais oublier d’où nous venons, ainsi nous serons plus à même de représenter Christ en toutes circonstances.

Porter La Parole en nous, l’épée de l’esprit à la ceinture de vérité est pour nous maintenir dans notre intégrité et elle est présente pour nous le rappeler afin de ne pas la dégainer avec trop de facilité.

Protéger notre cœur et le circoncire de toutes mauvaises choses, voilà un de ses rôles. Le plastron quant à lui protège notre cœur afin de laisser la source inonder le cœur des âmes, qui essayent ou tente de connaître le Père. C’est ensemble que nous les amèneront à s’abreuver eux-mêmes à La source d’eaux vives. Aimer Dieu et surtout les âmes c’est ça la vraie justice de notre Seigneur.

Je vous aime mes amis, ma famille.

 

À découvrir

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire