Se souvenir d’où l’on vient.

Dans notre marche chrétienne, nous avons la facilité d’oublier d’où nous venons à cause de la grâce qui nous a été offerte par la rémission de nos péchés. De là, hélas, certains d’entre nous deviennent des « juges ».

«Et tu te souviendras de tout le chemin par lequel l’Éternel, ton Dieu, t’a fait marcher ces quarante ans, dans le désert, afin de t’humilier, et de t’éprouver, pour connaître ce qui était dans ton cœur, si tu garderais ses commandements, ou non. Et il t’a humilié, et t’a fait avoir faim; et il t’a fait manger la manne que tu n’avais pas connue et que tes pères n’ont pas connue, […] un pays où tu ne mangeras pas ton pain dans la pauvreté, où tu ne manqueras de rien: un pays dont les pierres sont du fer, et des montagnes duquel tu tailleras l’airain. Et tu mangeras, et tu seras rassasié, et tu béniras l’Éternel, ton Dieu, à cause du bon pays qu’il t’a donné.» Deutéronome 8:2-10

J’ai écourté volontairement ce passage que j’encourage vivement de lire et de méditer. Mon cœur pleure de voir le comportement de certaines personnes qui ont la faculté d’éradiquer leur passé comme si il n’avait jamais existé. Dans le sens de Dieu et de son point de vue concernant le péché : oui. La condamnation de notre condition n’est plus sur nous et nous sommes à présent rachetés et libres de pouvoir, non juste entrevoir, mais d’embrasser un avenir plein de promesses.

Notre attitude ne devrait jamais être condamnatoire, accusatrice ou transpirante de jugement. Les âmes perdues nous pointent du doigt en disant que nous sommes parfaits et que nous les faisons  fuir par ce comportement tant hypocrite que hautain. Cela ne glorifie en rien notre Seigneur qui bien loin de prendre la race humaine de haut s’est humilié en devenant le serviteur de tous en naissant dans la plus basse des conditions et en offrant sa vie dans la plus infâme des mises à mort.

Jésus non plus ne nous a pas remis en pleine face notre condition bien plus que condamnable, mais en montrant l’exemple qui par l’amour couvrit une multitude de péché.

Le Seigneur ne nous a pas sauvés uniquement que pour nos beaux yeux (oui il nous aime jalousement ), ni guéris et délivrés juste pour nous-mêmes. Non, il voit toutes les âmes qui sont rattachées à notre vie, qui au travers d’elle, leur permette d’être réconciliés avec le Père de tous.

Inscription à la newsletter chrétienne hebdomadaire des Ministères Leslie Passerino pour les femmes et les hommes chrétiens.

Faisons preuve de compassion et d’amour envers tous sans jamais oublier d’où le Seigneur nous a sorti que grâce à lui nous sommes devenues ses fils et filles du Roi des rois. Démontrant ainsi aux autres que leur passé ne détermine pas qui ils sont et que quelqu’un qui les a toujours aimés attend avec impatience leur retour, les bras tendus de pardon et de réhabilitation.

 

Connectez-vous avec Sébastien Pitre :

Facebook |Instagram | YouTube | Pinterest

À découvrir

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire