Sébastien Pitre Tag

Le mystère divin caché dans mon déjeuner

Quel est le mystère divin caché dans mon déjeuner ?

Sommes-nous comme le Poulet ou le Bacon ?

Quand vous prenez un petit déjeuner style continental on vous donne des œufs, des pommes de terre, des saucisses ou des tranches de jambon ou de bacon, des crêpes, du pains grillés, des haricots aux lard et des fruits.

Voilà le repas calorique qui vous donne bien de l’énergie pour démarrer une bonne journée où il sera préférable de faire une grande marche ou une activité physique pour brûler toutes ces calories.

Le fleuve de vie

Pour faire suite à l’article sur les cornichons scellés dans le bocal, correspondant à la présence de Dieu, attardons-nous sur ce qui s’est passé avec l’ange de Dieu qui a entraîné le prophète Ezéchiel à avancer toujours plus dans le fleuve qui sortait du sanctuaire.

Le Saint-Esprit me rappela une révélation qui je l’espère vous fera réaliser une nouvelle dimension de notre Seigneur Tout puissant.

La solitude dans la foi

Quand tout soutien fait défaut, que l’on se sent seul dans nos combats, nos circonstances, nos culpabilités et nos condamnations, nos faiblesses, nos erreurs et manquements et que nous n’arrivons pas à exprimer la détresse qui est en nous. Lorsque nous lançons des regards criants « à l’aide » qui semblent se perdre et que personne ne perçoit ou évite pour ne pas prendre la charge…

Incorruptible !

“Qu’est-ce que l’Intégrité”

Comment définir l’intégrité avec les mots justes ?  Selon le dictionnaire, elle est définie comme “l’attachement aux principes moraux et éthiques”. En vulgarisant ces termes cela revient qu’être intègre c’est être honnête et digne de confiance. Nous choisissons de vivre notre vie selon une vérité morale en espérant que les autres nous considèrent comme digne de confiance et juste. Mais l’intégrité c’est bien plus que cela.

La responsabilité de prendre soin de son témoignage

Je ne sais pas si vous saviez que le célèbre Gandhi, lecteur de la Bible, disait que le témoignage des chrétiens ne lui avait pas donné envie de se convertir, malgré que le livre qui nous avait été confié était incroyablement puissant. Il empruntait au christianisme, ainsi le fait de tendre l’autre joue en cas d’injustice (Matthieu 5 : 38-39), une idée qu’il ajouta à l’ahimsa hindoue – un principe de non-violence.

En faisant des recherches, j’ai découvert que la plus connue de ses expériences est celle de son expulsion d’un train pour avoir refusé de passer en troisième classe alors qu’il avait acheté un billet pour la première. Et en Inde, il sera confronté au mépris des colons officiellement chrétiens. Pour Gandhi qui haïssait déjà le système hindou de la discrimination des castes et le rejet des Dalit (intouchables), le témoignage des chrétiens en Afrique du Sud et en Inde sera un contre-témoignage. Il dira que la seule raison qui l’aura empêché de devenir chrétien, ce sont les chrétiens, ne retrouvant pas en eux l’idéal chrétien de Léon Tolstoï qui dénonça, après sa conversion, l’hypocrisie des institutions chrétiennes. Un refus qui ne peut que nous amener à nous questionner.