Vous êtes responsables de votre destinée

Vous êtes responsables de votre destinée

La confession apporte la position. Si la foi vient de ce que l’on entend et que celle-ci est la Parole de Dieu, alors notre foi sera activée et nourrie par elle. De là notre existence va s’en retrouver influencée selon ce que nous aurons déclaré. Vous êtes responsables de votre destinée.

Nos oreilles entendent nos paroles et les enregistrent, les stockent dans notre inconscient. Cela ne veut pas dire qu’elles soient inactives, loin de là, elles sont juste latentes … au moment opportun elles vont resurgir et faire ce pour quoi elles sont faites, porteuses de vie ou de mort.

En fait tout revient à la langue. Ce tout petit organe peut faire tant de bien, mais également tant de ravages.

Nous déterminons notre propre destinée par la manière dont nous utilisons notre langue.

Il a bien longtemps avant que comprenne ce concept, dès que l’hiver arrivait, nombreuses étaient les personnes qui déclaraient que la grippe serait virulente (chaque année c’est la même chose) et que nous n’y réchapperons pas. J’agréai à cela et devinez quoi ? Eh bien j’attrapais la fameuse grippe et elle était carabinée.

Plus tard, j’appris que la partie dans notre cerveau qui est en lien avec le langage est collée avec celle qui gère les nerfs. En d’autres termes, ce que nous disons et déclarons est perçu dans nos oreilles et notre cerveau se prépare en recevant l’information aux conséquences. Il se formate et s’aligne avec ce que nous avons professé, comme un ordre informel.

Donc, tous les nerfs du corps vont inconsciemment se prédisposer à l’information et subir la conséquence.

Nous comprenons pourquoi dans la Parole de Dieu tant de passages en rapport, tant à notre bouche qu’aux paroles que nous confessons.

« L’Éternel parla aussi à Moïse et à Aaron, en disant : Jusques à quand continuera cette méchante assemblée qui murmure contre moi ? J’ai entendu les murmures des enfants d’Israël, par lesquels ils murmurent contre moi. Dis-leur : Je suis vivant, dit l’Eternel, si je ne vous fais ainsi que vous avez parlé, et comme je l’ai ouï. Vos charognes tomberont dans ce désert, et tous ceux d’entre vous qui ont été dénombrés selon tout le compte que vous en avez fait, depuis l’âge de vingt ans, et au-dessus, vous tous qui avez murmuré contre moi ; Si vous entrez au pays, pour lequel j’avais levé ma main, jurant que je vous y ferais habiter, excepté Caleb, fils de Jéphunné, et Josué, fils de Nun. Et quant à vos petits-enfants, dont vous avez dit qu’ils seraient en proie, je les y ferai entrer, et ils sauront quel est ce pays que vous avez méprisé. Mais quant à vous, vos charognes tomberont dans ce désert. »

Voici de quoi illustrer ces propos :

Les hommes donc que Moïse avait envoyés pour épier le pays, et qui étant de retour avaient fait murmurer contre lui toute l’assemblée, en diffamant le pays ; Ces hommes-là qui avaient décrié le pays, moururent de plaie devant l’Éternel. Mais Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jéphunné, vécurent d’entre ceux qui étaient allés reconnaître le pays. » Nombres 14.26-32, 36-38.

On remarque dans cette histoire que les douze éclaireurs envoyés par Moïse, deux seulement revinrent avec un rapport positif et encourageant. Ils ne prirent pas parti de l’attitude négative des dix autres.

On le voit dans ce qui suit :

« Alors Caleb fit taire le peuple devant Moïse, et dit : Montons, et emparons-nous-en ; car nous pouvons les vaincre. Mais les hommes qui étaient montés avec lui, dirent : Nous ne pourrons monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous. » Nombres 13.31-32

En revanche, ce qui est le plus horrible est ce passage :

« Mais quant à vous, vos charognes tomberont dans ce désert. »

Il y a une conséquence de mort sur les paroles de mort. Leurs pensées étaient esclaves de leurs perceptions altérées.

Est-ce à cause de leur foi ? Ils ont quand même vu les prodiges faits par Dieu en Égypte et la mer rouge, sans parler des colonnes de fumée et de feu… ils ont vu de leurs yeux.

La peur ? Ils ont connu la victoire éclatante de Dieu face à leurs adversaires.

Étaient-ils encore esclaves de leur passé ?

Leur mentalité et leurs pensées n’avaient pas été renouvelées et c’est pourquoi ils faisaient partie de ceux qui murmuraient contre Moïse.

« Je ne vous fais ainsi que vous avez parlé, et comme je l’ai ouï. » Dieu a juste agi avec ce qu’Il a entendu. Ils ont établi, par leurs paroles, ce que Dieu fera pour eux. Exactement comme pour nous. Ils devenaient les artisanats de leur propre perte.

Ils alimentaient leur cœur de paroles de critiques, de plaintes, qui ont entraîné un effet propagateur, viral, contaminant beaucoup, beaucoup de personnes.

Mon cœur pleure quand je pense à toutes ces personnes, ces familles qui se sont « solidifiées » dans cette attitude qui les assécha au point que leurs cœurs devinrent sombres et durs comme de la pierre.

Pour la suite du plan de Dieu pour son peuple, Il avait besoin de gens de foi et d’audace, des hommes et des femmes qui compteraient sur Lui, sur Ses promesses et toutes les œuvres extraordinaires dont ils avaient été témoins.

Hélas, quand nous résistons à Dieu, cela ne se passe pas bien, la rébellion prend place et le Seigneur la compare à de la sorcellerie, c’est de la malédiction = mauvaise diction.

Nous mangeons les fruits de nos paroles.

Si nous nous bornons à regarder nos problèmes, ceux-là vont envahir notre esprit et enliser nos pensées et briser nos actions et donc nos espoirs.

« Je te prie Seigneur de renouveler nos pensées et d’insuffler la vie en elles. Merci Père ineffable, pour ton Saint-Esprit qui nous soutient et nous donne la force de pouvoir maîtriser tant notre langue que nos pensées, qu’elles soient et demeurent conformes à ta volonté, au nom de Jésus. »

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire