La solitude dans la foi

Quand tout soutien fait défaut, que l’on se sent seul dans nos combats, nos circonstances, nos culpabilités et nos condamnations, nos faiblesses, nos erreurs et manquements et que nous n’arrivons pas à exprimer la détresse qui est en nous. Lorsque nous lançons des regards criants « à l’aide » qui semblent se perdre et que personne ne perçoit ou évite pour ne pas prendre la charge…

Quand nous cherchons les soutiens de la part de frères et sœurs dans la foi.

Nous devons oser parler et ouvrir la bouche. L’ennemi joue dans nos pensées et veut nous faire croire que nous sommes seul et que personne ne voudra nous écouter, nous épauler et se battre à nos côtés. C’est un mensonge et notre passé, nos blessures nous empêchent de combattre efficacement ces leurres.

Il existe aussi une distinction de la foi et de l’amour, et la possibilité de parler séparément de « frères et sœurs dans la foi » et « frères et sœurs dans l’amour ». Une distinction à partir du texte de 1 Corinthiens 13 accordant la primauté à l’amour. Car si c’est par la foi en Christ que l’on est sauvé, la foi sans les œuvres est morte :

Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté, car le jugement est sans miséricorde pour qui n’a pas fait miséricorde. La miséricorde triomphe du jugement.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confier. Ainsi, quand nous serons déchargés de nos fardeaux et libérés, nous pourrons à notre tour aider notre prochain qui a son tour aidera, ainsi de suite.

Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ?

Autre exemple:

« Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour,

et que l’un d’entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ?

Il en est ainsi de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. » Jacques 2 : 12-17

Cette foi culturelle est morte, dénuée d’amour, se détourne des autres et peut produire l’envie de plus devenir chrétien en se détournant de la foi à cause de ce manque de démonstration d’amour.

Les religieux peuvent parler de l’amour de Dieu, mais, si cet amour n’est pas exprimé, il ne vaut rien. C’est le propos de Jésus quand il parle de l’amour qui est le témoignage :

« Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » Jean 13 : 34-35

Un amour, disons-le, trop souvent confondu avec la seule amitié, au point que l’on peut se demander si les chrétiens s’aiment parfois seulement par amitié ou par réel amour fraternel, en Christ.

Inscription à la newsletter chrétienne hebdomadaire des Ministères Leslie Passerino pour les femmes et les hommes chrétiens.

Cela ouvre la porte sur la frustration concernant les relations pour qui espère vivre dans l’Église, celle que demandait Jésus, celle qui devrait exister, celle qui démontre que Dieu est vivant et agit. Et si nous étions, ou sommes comme des chrétiens culturels qui auraient donné un mauvais témoignage poussant les âmes à quitter la foi… Si les chrétiens convertis ne se donnaient pas de vrais témoignages d’amour fraternel, mais simplement quelque chose de superficiel ?

Repentons-nous de se refroidissement ou de ce manquement, de cette désobéissance, de notre religiosité charnelle qui produit la mort. Visons l’amour de notre Seigneur en se rappelant que lorsque nous le faisons au plus petit d’entre nous c’est à Lui que nous le faisons. Que cela soit une Parole d’encouragement, tendre une oreille pour écouter, réconforter, donner à manger, donner une accolade, un compliment, un coup de main, peu importe l’action, pour autant que cela soit fait dans l’amour inconditionnel et véridique. Nous ferons ainsi honneur à notre Roi.

Connectez-vous avec Sébastien Pitre :

Facebook |Instagram | YouTube | Pinterest

À découvrir

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire