La bonne perception

Nous tenons tous beaucoup à la manière dont les autres nous perçoive. Nous y donnons tellement d’importance que nous sommes prêt à faire des compromis ou à modifier notre comportement simplement par peur d’être rejeté ou de ne pas être« conforme ».

On veut attirer les regards sur nous et avoir la reconnaissance dans le regard des autres, cela est humain et dénote simplement le simple besoin d’aimer et d’être aimé. Tout comme l’autorité que Dieu nous octroie, est-elle perçue par les autres ? Notre identité est-elle déterminée par ce que voit autrui en nous ?

Regardons dans le passage où nous voyons le prophète Elie, situé dans le le livre des rois, 1Rois 17.

On y voit Elie qui obéit à Dieu et qui attend près du torrent où il se fait nourrir par des corbeaux matin et soir. Tout cela dure un certain temps (abandon, obéissance et dépendance). Puis le Seigneur l’envoi vers une veuve à qui Dieu a ordonné de servir Elie.

Quand il arrive elle est désespérée et lui dit ce qui lui reste à manger: « Mais elle répondit: L’Éternel ton Dieu est vivant, que je n’ai aucun gâteau; je n’ai que pleine ma main de farine dans une cruche, et un peu d’huile dans une fiole, et voici j’amasse deux bûches, puis je m’en irai, et je l’apprêterai pour moi et pour mon fils, et nous le mangerons; et après cela nous mourrons. Et Elie lui dit: Ne crains point; va, fais comme tu dis; mais fais-m’en premièrement un petit gâteau, et apporte-le-moi, et puis tu en feras pour toi et pour ton fils. Car ainsi a dit l’Éternel le Dieu d’Israël: La farine qui est dans la cruche ne défaudra point, et l’huile qui est dans la fiole ne défaudra point, jusqu’à ce que l’Eternel donne de la pluie sur la terre. Elle s’en alla donc, et fit selon la parole d’Elie; et elle mangea, lui, et la famille de cette femme durant plusieurs jours. La farine de la cruche ne manqua point, et l’huile de la fiole ne tarit point, selon la parole que l’Éternel avait proférée par le moyen d’Elie. » 1 Rois 17:12-16 .

Elie demande d’être servi en premier ce qui n’a aucun sens vu la quantité de farine qui restait, elle ne pouvait à peine nourrir eux deux et le prophète demande d’être honoré en premier pour que se réalise le miracle de la multiplication.

Cela est juste que le manque n’était plus, car elle a obéi à la Parole de Dieu et l’a honoré au travers d’Elie (fidélité, obéissance/soumission).

Ensuite vient la mort du fils de cette veuve qui se plaint. Dieu le ressuscite et là, voici ce qu’elle dit:

« Et la femme dit à Elie: Je connais maintenant, que tu es un homme de Dieu, et que la parole de l’Éternel, qui est dans ta bouche, est la vérité. » 1 Rois 17:24

Que faut-il pour que les gens reconnaissent que le Dieu de toute chose, celui qui Est, est avec nous et vit en nous ? Est-ce au travers des miracles ? Au travers des signes et prodiges ?

N’oublions pas qui est Dieu ?

Par la suite, il confronte 850 prophètes dont 450 appartiennent au dieu Baal, devant le sacrifice où Dieu se révèle en répondant par le feu, puis avec l’aide du peuple émerveillé par un autre prodige, met à mort les 450 prophètes.

Malgré cela, quand Jézabel veut le tuer, il fuit et prend peur. Le Seigneur le protège et prend soin de lui jusqu’à ce que dans la montagne, Dieu se révèle personnellement, d’une nouvelle manière à son serviteur. Nous perdons souvent, à cause des circonstances qui nous aveuglent, la vison ou la perception de Dieu. Ne permettons pas à celle des hommes ou du monde de la remplacer…

Notre identité n’est pas déterminée par ce que nous accomplissons où ce que Dieu accomplit au travers de nous. Non, nous sommes qui il dit que nous sommes et dans nos guerres intérieures, quant aux pensées condamnatoires et de doutes, nous ne devons-nous appuyer que sur cette vérité : Dieu est bon et il m’aime.

Peu importe la perception des autres de nous-mêmes, qu’ils nous jugent ou pas, ce qui importe c’est celle que nous avons de Dieu et de la sienne envers nous.

 

 

 

À découvrir

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire