Où sont mes promesses ?

Sans vision, il est difficile voire impossible pour l’Homme de reconnaître quand les cieux sont ouverts. Il en est de même lorsque l’Homme ne connaît pas son identité; il lui est difficile de trouver Sa place dans le royaume.

Combien d’entre nous, en regardant à leur circonstance, leur lieu de travail, leur demeure, n’arrivent pas à voir autre chose qu’un désert à perte de vue ?

Pourquoi n’arrivons-nous pas à voir les possibilités là où tout semble sec, rocailleux, aride et infertile ?

Parfois nous nous sentons perdu même si nous savons que Dieu est là, présent et vivant. On culpabilise puisque comme Il est parfait, le seul dénominateur commun avec ce que nous vivons et qui nous semble stérile, c’est nous. Évidement nous sommes sujet à des vagues de découragement, de culpabilité et devons combattre un fort sentiment d’échec.

Nous devrions être comme Jacob :

« Jacob partit de Beer-Shéba et prit la direction de Charan. Arrivé à un certain endroit, il y passa la nuit car le soleil était couché. Il prit une pierre dont il fit son oreiller et il se coucha à cet endroit. Il fit un rêve: une échelle était appuyée sur la terre et son sommet touchait le ciel; des anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle. L’Éternel se tenait au-dessus d’elle, et il dit: « Je suis l’Éternel, le Dieu de ton grand-père Abraham et le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je te la donnerai, à toi et à ta descendance. Ta descendance sera pareil à la poussière de la terre: tu t’étendras à l’ouest et à l’est, au nord et au sud, et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta descendance. Je suis moi-même avec toi, je te garderai partout où tu iras et je te ramènerai dans ce pays, car je ne t’abandonnerai pas tant que je n’aurai pas accompli ce que je te dis.» Jacob se réveilla et se dit: « C’est certain, l’Éternel est dans cet endroit et moi, je ne le savais pas! » Il eut peur et dit: « Que cet endroit est redoutable! C’est ici que se trouve la maison de Dieu, c’est ici que se trouve la porte du ciel!» Jacob se leva de bon matin. Il prit la pierre dont il avait fait son oreiller, en fit un monument et versa de l’huile sur son sommet. Il appela cet endroit Béthel, mais la ville s’appelait auparavant Luz. Jacob fit ce vœu: « Si Dieu est avec moi et me garde pendant mon voyage, s’il me donne du pain à manger et des habits à mettre, et si je reviens dans la paix chez mon père, alors l’Éternel sera mon Dieu. Cette pierre dont j’ai fait un monument sera la maison de Dieu et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras. » Genèse 28:10-22

 

On remarquera que quand il s’endort, cet homme en « cavale » est terrifié. Il se retrouve dans un endroit où il ne peut se servir que d’une pierre comme oreiller, ce rocher qui est tout bonnement un symbole prophétique représentant Jésus-Christ notre rocher et notre salut, la pierre angulaire rejetée. Ceux qui le connaissent sont appelés « pierres vivantes ».

Tout ce que cet homme a pu faire dans sa vie pour changer n’a pu être possible que par une intervention divine qui fut La révélation de sa vie.

Une seule nuit dans Sa présence et sa vie fut radicalement changée.

Si nous décidons véritablement de laisser Dieu changer notre vie, Il le fera… Il fera même bien plus. Il changera celle des autres au travers de la nôtre, tout comme avec Jacob.

On s’entête dans des directions, on entreprend des études ou autres décisions qui nous éloignent du plan que Dieu a pour nous.

Nous devrions rechercher ardemment la direction que Dieu désire pour nous, celle qu’Il aimerait nous voir arpenter avec tout ce qu’Il a mis à notre disposition, avec notre passé, notre témoignage, nos dons, nos talents et notre personnalité.

Avons-nous tendance à oublier les promesses de Dieu pour nous ?

Les considérons-nous pour réelles ou des chimères jusqu’à ce qu’elles s’accomplissent d’elles-mêmes… Sauf que qu’il nous incombe de les mettre en action en les « boostant » de foi.

Nous devons poser des actions qui vont alimenter cette foi.

« Je vous le dis en vérité, si quelqu’un dit à cette montagne: Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. » Marc 11:23-24

« Or la foi, c’est la ferme assurance des choses qu’on espère, la démonstration de celles qu’on ne voit pas. » Hébreux 11:1

« Car nous marchons par la foi et non par la vue…» 2 Corinthiens 5:7

« Puis Jésus dit au centenier: ” Va, qu’il te soit fait selon ta foi. Et à l’heure même le serviteur fut guéri. » Matthieu 8:13

En sachant tout cela, en le réalisant, en se voyant véritablement comme choisi et désiré par le Seigneur, nous pouvons être cette « échelle », celle où les anges montent et descendent pour accomplir la volonté de Dieu.

Croyons-nous être assez « saint » pour que cela soit vrai ? Nous sentons-nous réellement digne ?

Comment nous voyons-nous ?

Un saint qui pèche ou un pêcheur sanctifié ?

Soyons éveillés aux réalités divines, afin de permettre au Saint-Esprit d’affiner nos sens spirituels et de voir ce qui nous entoure d’un point de vue céleste et non terrestre. C’est plus que notre perception qui va changer, c’est notre horizon, ainsi que la manière de cheminer qui en déterminera la destination.

Pendant bien des années, je rejetais mon appel au sein du ministère à cause de ma perception erronée et de mon interprétation. Je m’y refusais et restais borné.

À force de chercher au travers du jeûne et de la prière, l’Esprit Saint de Dieu me convainc au travers des années et au travers de Ses interventions via les dons spirituels, en touchant les âmes qui ne faisaient qu’appuyer cette direction.

Du moment où j’ai abdiqué, cela se manifesta d’une manière bien plus évidente et régulière et Il m’inspira à étudier, me former dans cette direction et au fur et à mesure d’embrasser et porter ce « manteau ».

C’est à partir de cet instant que la vraie compassion est « tombée » sur moi et que j’entrepris de savoir qui j’étais en Christ, ma véritable position et mon rôle dans Son plan en m’appropriant Ses promesses.

Tout comme Jacob, cela prend une révélation dans une intimité avec Dieu pour plus le connaître et finalement nous connaître.

Tout comme j’ai appris à aimer tout ce que le Seigneur m’amène à faire et les âmes à côtoyer cela m’a permis de surmonter tous les obstacles « infranchissables » et les réduire en simple défis, par la foi. De plus, à m’appuyer sur Ses promesses et d’approfondir la connaissance de mon identité.

Une fois encore tout est lié et se tient ensemble comme un corps qui, s’il est bien huilé avance avec le ciel ouvert au-dessus de nos têtes, permettant à l’Esprit Saint de Dieu qui vit en nous de révéler Christ autour de nous.

 

À découvrir

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire