L’importance de garder notre cœur pur.

Le Seigneur Jésus Christ fait souvent allusion au cœur et à l’importance d’en prendre soin. Il fait aussi la relation qu’il y a entre la bouche et notre cœur.

« Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui jaillissent les sources de la vie. » Proverbes 4.23

Si nous voulons être ces fameuses sources qui donnent la vie et en abondance, en sachant que la vie et la mort sont au pouvoir de ma langue (Proverbes 18.21), alors ô combien nous devrions être vigilants sur notre état.

Quand la première fois j’ai réalisé la relation qu’il y avait entre mon cœur, mes pensées et ma bouche, je pense que ma mâchoire est restée ouverte.

Notre âme est souvent remplacée par le cœur dans la Parole de Dieu et prendre soin de notre cœur nous permet de voir ce qui sort de notre bouche et inversement.

Il suffit juste de prendre le temps d’écouter vraiment ce qui sort de la bouche des autres et de la nôtre et au travers du filtre saint de l’Esprit de Dieu qui vit en nous, c’est là que nous réaliserons la gravité de la situation.

Nos paroles vont exprimer les symptômes de notre cœur.

Vu que c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle (Luc 6.45),

Prenons ce passage qui reprend les paroles du Seigneur :

« Ou dites que l’arbre est bon, et son fruit bon ; ou dites que l’arbre est mauvais, et que son fruit est mauvais aussi ; car on connaît l’arbre par le fruit. Race de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, étant méchants ? Car c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. L’homme de bien tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur ; mais le méchant tire de mauvaises choses du mauvais trésor de son cœur. Or, je vous dis que les hommes rendront compte au jour du jugement de toutes les paroles vaines qu’ils auront dites ; Car tu seras justifié par tes paroles, et par tes paroles tu seras condamné. » Matthieu 12.33-37

La voix indique avec des mots qu’elle est la condition du cœur.

« Examine-moi, ô Dieu, et connais mon cœur, mets-moi à l’épreuve et connais mes pensées !» Psaumes 139.23

Si on ose faire cette prière sincèrement en se basant sur ce passage, le Seigneur dans son immense bonté et dans sa grâce n’attendra pas de nous montrer ce qu’il ne va pas et crée le « bémol » ou la mauvaise note dans la symphonie de notre âme.

Le Seigneur agit comme un médecin et veut nous soigner et va faire une évaluation de notre condition spirituelle.

« Tu examines mon cœur, tu le visites la nuit, tu me mets à l’épreuve, et tu ne trouves rien : ma pensée n’est pas différente de ce qui sort de ma bouche. » Psaumes 17.3

Parfois on pense que nos paroles sont en accord avec nos pensées et la simple variation qui pourrait subvenir dans notre quotidien alternant notre atmosphère interne, va tout bouleverser. C’est le drame et malgré que nous soyons sanctifiés et renouvelés, etc. Nos paroles prennent une tout autre tournure.

Je m’explique: vous conduisez et tout vas bien (la scène est bien plus dramatique si vous avez des enfants à l’arrière et plus encore s’ils ne vous appartiennent pas) vous chantez des louanges, parlez à Jésus et là, débarquant de nulle part, une voiture surgit juste devant vous et se met à freiner brusquement puis d’un coup de volant se met à changer de direction manquant de percuter un autre véhicule à vos côtés, risquant de provoquer un carambolage monstrueux à chaque seconde qui passe…

Réaction #1 : vocifération/malédictions ; on s’enflamme et on commence à parler en mal du conducteur, de son attitude insensée, en lui donnant des surnoms appropriés aussi nombreux et variés que ceux des oiseaux exotiques.

Réaction #2 : bénédiction/ reconnaissance ; nous remercions le Seigneur pour nos réflexes et notre maîtrise de soi, pour Sa protection pour nos vies et celle des autres qui nous entourent, qu’Il touche le conducteur et le fasse réaliser l’énormité de son comportement tant dangereux qu’égoïste que le Saint-Esprit le touche et l’amène à la repentance et à Christ.

Laquelle de ces deux réactions vous ressemble le plus, en toute franchise.

Rappelez-vous, « …car de l’abondance du cœur la bouche parle. » Matthieu 12.34

Sérieusement, cela a pris du temps et c’est dans ce genre de circonstance que nous réalisons le travail du Saint-Esprit en nous, de sa profondeur et de la régénération qu’Il y a opéré sans que nous en ayons conscience.

Inscription à la newsletter chrétienne hebdomadaire des Ministères Leslie Passerino pour les femmes et les hommes chrétiens.

Le processus est simple :

« Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Pécheurs, nettoyez vos mains ; et vous qui avez le cœur partagé, purifiez vos cœurs ;» Jacques 4.8

De même que si nous ne contrôlons pas notre langue notre religion est vaine (Jacques 1.27), alors si nous ne voulons pas que notre culte personnel soit sans valeur et inacceptable pour Dieu, il est préférable de Le laisser faire le point sur notre condition.

Notre travail est important. L’apôtre Jacques nous explique que celui qui contrôle sa langue contrôle sa vie avec l’image du cheval en bride et le gouvernail. Une langue employée correctement nous amènera à destination sinon le désastre nous attend.

L’amour que nous portons pour notre Seigneur devrait être suffisant â nous pousser à vouloir changer et faire attention à l’état de notre cœur et à ce qu’il va en sortir, pourquoi ? Pour être ce vaisseau efficace qui va pouvoir rafraîchir, abreuver ceux qui ont soif, toucher et bénir les autres, le Corps de Christ ainsi que toute la création.

Il est temps de se conscientiser et de se responsabiliser sur notre état et de ne plus se plaindre ni se morfondre. Prenons-nous en main et décidons d’accepter d’être guéris et renouveler pour Son amour les autres.

Connectez-vous avec Sébastien Pitre :

Facebook |Instagram | YouTube | Pinterest

 

À découvrir

Aucun commentaires

Écrivez un commentaire